Exposition – Philippe REVELLI http://philipperevelli.com photographe Tue, 28 Feb 2017 16:33:08 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.5 Sportifs de Lille Moulins http://philipperevelli.com/france/sportifs-de-lille-moulins/ Fri, 08 May 2009 20:36:53 +0000 http://philipperevelli.com/?p=2515 Petit inventaire des pratiques sportives ans le quartier de Lille Moulins (...) ]]> Je disais que je resterais pas http://philipperevelli.com/france/je-disais-que-je-resterais-pas/ Sun, 15 Mar 2009 16:42:12 +0000 http://philipperevelli.com/?p=4567 Quiévrechain. Six mille habitants, un terril, la Belgique au bout de la rue, Valenciennes à vingt minutes de voiture et, à cheval sur deux communes, la zone industrielle de Blanc-Misseron (...) ]]> Vieillir en exil http://philipperevelli.com/afrique/senegal/vieillir-en-exil/ Tue, 21 Jan 2003 06:44:37 +0000 http://philipperevelli.com/?p=3745 Ils sont algériens, marocains, sénégalais, maliens… Aujourd’hui qu’ils ont atteint l’âge de la retraite, les minuscules chambres du foyer de travailleurs émigrés de Fives, ses cuisines collectives, sa cour et sa mosquée constituent l'essentiel de leur quotidien. Parfois ponctué par les voyages au pays (...) ]]> Avoir 20 ans à Bogota http://philipperevelli.com/amerique/avoir-20-ans-a-bogota/ Fri, 08 Feb 2002 13:14:31 +0000 http://philipperevelli.com/?p=3920 Avoir 20 ans à Bogota, quand on a de la chance, c'est résider au nord de la ville ou dans les quartiers des classes moyennes, aller à l'Université et posséder, peut-être, un téléphone portable, une voiture.. Mais pour la majorité des jeunes, avoir 20 ans à Bogota c'est habiter au sud de la capitale, à Ciudad Bolivar - deux millions d'habitants, un dépotoir de pauvres - où survivre est l'unique préoccupation. (...) ]]> Ici, là-bas, avec les sans papiers http://philipperevelli.com/afrique/senegal/ici-la-bas-avec-les-sans-papiers/ Sat, 21 Aug 1999 06:25:48 +0000 http://philipperevelli.com/?p=3737 De Lille à Bamako (Mali), en passant par Dakar et la vallée du fleuve Sénégal : un itinéraire et quelques contacts. Ici, à Lille, le Collectif des sans papiers. Là-bas, à Dakar, un numéro de téléphone. La famille de Salif, un sans papier récemment régularisé, qui m'accueille dans le village de Galade, au bord du fleuve Sénégal. Et une soeur de Myriam - elle aussi membre du Collectif des sans papier - qui m'attend à Bamako (Mali). Variations sur le thème des sans papiers (...) ]]>